Digne-les-Bains
Source : WikiPédiA
Voir l' article complet Source : WikipédiA
Digne-les-Bains est une commune française, préfecture du département des Alpes-de-Haute-Provence
et la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur.
Ses habitants sont appelés les Dignois.
    •  Sommaire 


Pays France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Digne-les-Bains
Canton chef-lieu de 2 cantons
Code Insee 04070
Code postal 04000
Maire Mandat en cours Serge Gloaguen
2008-2014
Intercommunalité Communauté de communes des Trois-Vallées
Coordonnées géographiques 44° 05' 36" Nord
6° 14' 11" Est
Altitudes moyenne : 608 m
minimale : 524 m
maximale : 1 731 m
Superficie 117,07 km²
Population 17 600 hab.
Densité (2005) 150 hab./km²
-Géographie
Située en bordure des Préalpes de Digne, de part et d'autre de la Bléone, Digne-les-Bains est le chef-lieu du département des Alpes de Haute-Provence. Placée au centre géographique du département, cette ville abrite 17 600 habitants, ce qui en fait l'une des plus petites préfectures de France par sa population. Le centre-ville est à 608 m d’altitude.
Haut de Page
-Situation
Digne-les-Bains est une ville essentiellement étendue dans la plaine formée par la vallée de la Bléone, étant donné que le relief qui l'entoure est très accidenté. La vieille ville est construite sur une colline située entre la Bléone et le torrent des Eaux-Chaudes, mais la ville s'est progressivement étendue dans les trois directions des vallées, en particulier vers l'aval. Sa situation géographique est assez remarquable, étant donné qu'elle se trouve au bord des Préalpes, sur le chevauchement qui porte son nom. Une partie de la ville est complètement enserrée dans la vallée de la Bléone, tandis que la ville s'étend largement sur les reliefs plus doux en aval. Avec l'annexion de communes voisines, surtout en aval, la ville s'étend sur plus de 8 km de longueur.
La ville est desservie par les Chemins de fer de Provence via la ligne ferroviaire Nice-Digne.
Haut de Page
-Communes rattachées
Courbons (Corbo, cité au XIIIe siècle) est rattaché à Digne-les-Bains en 1862. Les Juifs installés ici y sont massacrés en 1335.
Ses fortifications sont abattues par Lesdiguières au cours des guerres de religion (1590).
Les Dourbes (De Dorbas, citées en 1035) sont rattachées à Digne-les-Bains en 1974. Le village est situé sur une barre et une motte castrale est élevée au XIe siècle... 48 feux en 1315, 296 habitants en 1851, 62 en 1982.
Gaubert (Galbertum, cité au XIIe siècle) est rattaché à Digne-les-Bains en 1862. La place, ligueuse et défendue par Sautaire, est prise par Lavalette en 1591.
Les Sièyes (Lacieias, citées au XIIIe siècle) est rattaché à Digne-les-Bains en 1862.
Durant la Révolution, ces quatre communes comptent chacune une société patriotique, toutes créées après la fin de 1792.
Haut de Page
-Communes voisines
Thoard Barles Marcoux
Archail
Draix
Champtercier
Barras
N
ODigne-les-BainsE
S
Tartonne
Aiglun
Mallemoisson
Châteauredon Clumanc
Haut de Page
-Hydrographie
Dans la vallée des Eaux-Chaudes, se trouvent huit sources chaudes et une froide utilisées pour le thermalisme : certaines sont radioactives, sulfydrurées, chlorobromoiodurées, arsenicales.
La ville est également traversée par la Bléone et le Mardaric.
Haut de Page
-Montagne
La principale montagne au dessus de la ville s'appelle le Cousson
Haut de Page
-Histoire
-Dénomination
La dénomination actuelle a été officialisée le 25 juin 1988, à la suite du décret du 21 juin 1988 paru le 24 juin 1988 au Journal officiel.
Auparavant, la commune était appelée Digne, appellation toujours fréquente dans le langage courant.
Haut de Page
-Préhistoire et Antiquité
Dès la préhistoire, les hommes se sont installés à l'emplacement actuel de Digne.
La présence de trois rivières (la Bléone, le Mardaric, et les Eaux-Chaudes), en a fait un endroit idéal pour l’implantation humaine. Nommée Dinia au Ier siècle, puis Digna en eaux thermales.
Elle est alors la capitale des Bodiontici (ou Brodiontii).
Haut de Page
-Moyen Âge
Au VIe siècle, des fortifications sont élevées sur deux hauteurs de la ville afin de résister aux invasions barbares.
Le Bourg était distinct de la Cité : jusqu’au XVe siècle, les deux villes ont leurs propres magistrats.
La Cité est une coseigneurie des évêques de Digne et des comtes de Provence, alors que le Bourg dépendait du prévôt de l’église de Digne.
Un consulat est accordé en 1385.
Une sénéchaussée est créée en 1535.
Une épidémie de peste touche la ville de septembre 1451 à juillet 1452.
Haut de Page
-Temps modernes (XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles)
Au cours des siècles suivants, Digne-les-Bains eut à souffrir des guerres de religion (quatre fois) : elle est attaquée par les protestants en 1574. Digne-les-Bains est touchée par une épidémie de peste (1629), qui fait tomber la population de la ville de dix mille à mille cinq cent habitants; l’épidémie revient en 1631. La ville est le siège d’une viguerie jusqu’à la Révolution.
Haut de Page
-Révolution et Empire
La ville est érigée en chef-lieu des Basses-Alpes dès la Révolution française. La société patriotique de Digne-les-Bains est créée en septembre 1790(deuxième du département par son ancienneté);
elle s’affilie aux Jacobins en juin 1791, et devient un relais de ce club dans le département, en acceptant les affiliations de nombreux clubs des Basses-Alpes;
elle reçoit aussi la demande d’affiliation de celui de Carpentras. D’abord appelée chambrette bourgeoise, elle prend ensuite le nom de Club patriotique, puis le 9 octobre 1792, de Société des amis de la Constitution, de la Liberté, de l'Égalité.
Elle établit un comité de correspondance chargé des relations avec les autres sociétés populaires qui lui sont affiliées le 14 novembre 1792. Les 10 et 11 janvier 1793, le général Peyron effectue une descente depuis Marseille, soutenu par des clubistes marseillais en armes. Il se venge car il n’a pu obtenir le poste de procureur général syndic, deux administrateurs départementaux sont destitués et une amende de 13 000 livres versée au club marseillais.
Le 25 frimaire an III, le représentant en mission Gauthier épure la société.
Digne-les-Bains accueille la préfecture sous le Consulat. Le préfet Lameth, très populaire (1802-1805), crée une promenade ombragée entre le pré de Foire et les rives de la Bléone, plante des platanes sur le boulevard Gassendi.
Haut de Page
-Époque contemporaine
En 1851, l’annonce du coup d’État du 2 décembre provoque un soulèvement dans les campagnes, et les paysans installent un gouvernement provisoire à Digne.
Durant la Seconde Guerre mondiale, elle est occupée par l'armée allemande, suite à l'invasion de la zone libre, après le débarquement des Alliés en Afrique du Nord le 8 novembre 1942.
Elle est libérée le 19 août 1944 par la 36e division d’infanterie du Texas, aidée des forces de la Résistance. Le 20, un défilé a lieu et replace solennellement l’effigie de la République au rond-point du colonel Payan.
Le camp de prisonniers de guerre allemands compte jusqu’à 2700 prisonniers. L’un d’eux participe au sauvetage après la double catastrophe aérienne de la montagne du Cheval Blanc en 1948.
De nos jours, la ville de Digne-les-Bains continue de s'étendre, principalement le long des rives de la Bléone. Elle forme avec Entrages, Marcoux, La Robine-sur-Galabre, et Mézel, la Communauté de communes des Trois-Vallées (CC3V).
Les cités du Pigeonnier et de Barbejas sont classées Zone urbaine sensible.
Haut de Page
-Héraldique
Article détaillé : Armorial des communes des Alpes-de-Haute-Provence.
Blasonnement :
D'azur à la fleur de lys d'or accompagnée en chef d'une croisette de gueules, aux flancs de deux lettres L capitales affrontées d'argent et en pointe d'une lettre D capitale aussi d'or
La cité était copropriété des comtes de Provence et des évêques de Digne. D'où les armes : la croix symbolise l'évêché, la fleur de lys Charles d'Anjou, comte de Provence. La lettre D est l'initiale de la ville. Les lettres L ont été ajoutées sous Louis XIV, roi de France et comte de Provence et de Forcalquier.
Haut de Page
-Administration
Liste des maires successifs
Période Identité Parti Qualité
mars 1977 juin 1995 Pierre Rinaldi RPR Député, Président du Conseil Général
juin 1995 mars 2001 Jean-Louis Bianco PS Ancien ministre, Député, Président du Conseil Général, conseiller régional
mars 2001 réélu en 2008 Serge Gloaguen PS conseiller régional
Haut de Page
-Démographie
Population sous l’Ancien Régime
Date17161760
Population28903204
Évolution démographique
AnnéePopulation
18093 435
196212 525
196814 722
197515 416
198215 149
199016 087
199916 064
200517 600
Nombre retenu à partir de 1968 : population sans doubles comptes
En 2006, la commune lance un projet de construction de logements visant à terme à augmenter au-delà de 20 000 le nombre d'habitants (seuil inférieur d'obtention de certaines aides publiques).
Haut de Page
- Économie
Digne-les-Bains est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie des Alpes de Haute-Provence. Elle gère les aérodromes de Sisteron-Thèze et le centre J. Gage.
Elle tire son activité principalement du tourisme :
son centre historique.
son climat méditerranéen de petite montagne (600m) : renommé pour le nombre le plus élevé de jours ensoleillés de France et la pureté de son air.
ses thermes, qui traitent les affections respiratoires et les rhumatismes : connus depuis l'antiquité.
Haut de Page
-Sport
Digne-les-Bains est élue ville la plus sportive de France parmi les villes de moins de 20 000 habitants en 2006, par le quotidien L'Équipe.
Elle est par exemple la seule ville française à proposer un accès libre et gratuit à des courts de tennis.
D'un bout à l'autre de la ville, on trouve des structures sportives, libres d'accès ou réservées aux nombreux clubs sportifs et scolaires.
C'est à la demande du Conseil Communal Jeune, qu'un skate-park a été construit. Celui-ci est en libre accès.
Parmi les structures sportives de la ville, on trouve de nombreux gymnases, un stade, un centre équestre, un golf, et une piscine publique.
Haut de Page
-Lieux et Monuments
La dalle à ammonites : site classé. Il s'agit d'une couche rocheuse datant de 200 millions d'années, où l'on peut trouver plus de 1500 fossiles d'ammonites pouvant atteindre un diamètre de 70 centimètres.
Haut de Page
-Architecture religieuse
Cathédrale Notre-Dame-du-Bourg (monument historique) : c'est une cathédrale romane dont les fondations remontent au IXe siècle. Victime de nombreuses attaques et pillages, elle fut rénovée au début du XIIIe siècle. Des parties des XIe et XIIe siècles subsistent.
Son autel de marbre blanc est d’époque mérovingienne.
Cathédrale Saint-Jérôme (également monument historique) : gothique des XVe et XVIe; façade du XIXe siècle
Haut de Page
-Architectures Civile et Militaire
Vestiges des fortifications : en prêtant attention au plan de la vieille ville (quartier central, construit sur les hauteurs), on peut encore apercevoir certains des murs, et quelques-unes des tours qui entouraient la ville (XIVe siècle). Ces restes de remparts se fondent actuellement dans le paysage des habitations.
Hôtel Thoron de la Robine (XVIIe siècle)
Fontaine 1829 (monument historique)
Haut de Page
-Musée
Musée de la Réserve géologique de Haute-Provence et son jardin des papillons
Musée municipal : deux sections, archéologie fondée en 1889, et peinture
Centre d’art contemporain
Musée de la Seconde Guerre mondiale
Haut de Page
-Environnement
La ville a été récompensée par trois fleurs au palmarès 2007 du concours des villes et villages fleuris.
Haut de Page
-Evenements
-Le corso de la lavande
Chaque premier week-end du mois d’août depuis 1946, Digne-les-Bains célèbre le corso de la lavande, en hommage à cette fleur cultivée dans les champs environnant du sud et l'ouest du département. À ce titre la ville est appelée la capitale de la lavande.
Le Corso, fête chère aux Dignois, s'étale sur cinq jours et cinq nuits de fêtes dans tout le centre ville. Le vendredi soir, un feu d'artifice tiré depuis le lit de la Bléone, lance les festivités. Le samedi, des groupes musicaux venus de toute la France et d'Europe animent les rues de la ville, et le soir, sur la place général de Gaulle, est élue miss Corso.
Le dimanche, le grand jour, a lieu le défilé des chars, fleuris et parfumés à la lavande et groupes musicaux tout le long du boulevard Gassendi.
Le lundi soir, le défilé dans l'obscurité, chars illuminés, qui arpentent à nouveau la ligne droite du boulevard Gassendi. Enfin le mardi soir, les chars du corso sont exposés sur la place, jusqu'au toro de feu et le feu d'artifice de clôture, offert chaque année, par les nombreux forains, qui animent chaque nuit l'entrée de ville.
Haut de Page
-Personnalités liées à la commune
Saint Domnin et saint Vincent de Digne, premiers évêques de Digne. Ils étaient berbères d'Afrique du Nord et faisaient partie d'une des premières équipes missionnaires envoyées pour évangéliser la Provence.
La famille Des Porcellets, de la maison de Provence.
Sainte Douceline de Digne, (1214-1274) consacre toute sa vie aux pauvres et aux malades.
Pierre Gassendi (1592-1655), mathématicien, astronome et philosophe né à Champtercier près de Digne.
Alphonse Eugène Beau dit Beau de Rochas (1815-1893), ingénieur thermodynamicien né à Digne-les-Bains le 9 avril 1815, et inventeur du cycle à quatre temps
Hippolyte Fortoul (1811-1856), ministre de la Marine (1851) puis de l’Instruction publique
Simon-Jude Honnorat, lexicographe
Frédéric Aillaud, député sous la Troisième République, mort à Digne-les-Bains en 1924.
Alexandra David-Néel (1868-1969), exploratrice et écrivain franco-belge, résidente de Digne-les-Bains de 1926 jusqu'à sa mort en 1969 (sauf pour la durée de son dernier périple asiatique en (1937-1946) ).
Paul Alexandre Arnoux (1884-1973), poète français né à Digne-les-Bains le 27 novembre 1884.
Alain Boghossian, footballeur né à Digne-les-Bains le 27 octobre 1970, a joué au club de Digne-les-Bains les saisons 87/88 et 88/89.
Tristan Louis, né à Digne-les-Bains le 28 février 1971, inventeur de la baladodiffusion.
Jean-Louis Bianco, homme politique, ancien ministre et ancien maire de Digne.
Jean Daviot, artiste plasticien contemporain français né à Digne-les-Bains le 20 février 1962
Jean-Philippe Argento, né à Digne-les-Bains le 16 mai 1972, auteur, compositeur ayant collaboré avec Jean-Pascal Lacoste, Sandra Lou, Didier Gustin ou encore Pauline .
Haut de Page
-Jumelages
  Bad Mergentheim (Allemagne)
  Borgomanero (Italie)
  Douma (Liban)
  Kamaishi (Japon)
Haut de Page
-Ville de Garnison
Les unités suivantes ont tenu garnison à Digne-les-Bains
97e régiment d’infanterie légère (un bataillon, au milieu du XIXe siècle)
3e régiment d’infanterie
Haut de Page
-Voir Aussi
-Articles de Wikipedia
Liste des préfets des Alpes-de-Haute-Provence
Communes des Alpes-de-Haute-Provence
Anciennes communes des Alpes-de-Haute-Provence
Armorial des communes des Alpes-de-Haute-Provence
Liste des évêques de Digne
Haut de Page
-Liens Externes
Histoire, particularités de la ville
Mairie de Digne-les-Bains
Digne-les-Bains sur le site de l'Institut géographique national
Plan de Digne-Les-Bains
Numéro et Adresse Utiles
Haut de Page